En France, les énergies renouvelables sont en vogue depuis plusieurs décennies. C’est le cas de l’hydroélectricité qui s’est démocratisée au fil du temps. Selon les chiffres, plus de 2000 centrales hydroélectriques sont répertoriées sur toute l’étendue du territoire. Grâce à ses nombreuses rivières, le pays peut aisément envisager son indépendance énergétique. De même, ce mode de production s’inscrit dans une dynamique de préservation de l’environnement. Voici en détail le principe de fonctionnement de l’hydroélectricité.

Comment une rivière à faible débit produit-elle de l’électricité ?

Avec près de 70 % de la part consacrée aux énergies vertes, l’hydroélectricité a de beaux jours devant elle. Contrairement aux énergies fossiles, l’hydroélectricité se sert d’une ressource inépuisable. L’eau, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, provient de différents flux d’eau à faible débit (rivières, courants marins, fleuves, etc.).

Tout d’abord, un barrage est installé à proximité d’une rivière pour emmagasiner l’eau en importante quantité. Dès le remplissage du bassin, les vannes sont ouvertes pour laisser s’écouler l’eau. La force des courants d’eau active les turbines qui oscillent de plus en plus. Ce mouvement rotatif va faire fonctionner l’alternateur et induire la production d’un courant alternatif.

La tension de ce courant sera ensuite élevée grâce à un transformateur relié à l’alternateur. Le processus s’achève par l’acheminement de l’énergie produite sur les lignes du réseau public de distribution. Généralement, l’hydroélectricité n’est directement exploitée par les particuliers que lorsqu’ils se trouvent à proximité des centrales. Dans le cas contraire, il faut souscrire des abonnements d’électricité auprès des fournisseurs d’électricité.

Quel type de turbines utiliser pour tirer parti d’une rivière à faible débit ?

En matière d’infrastructures hydrauliques, plusieurs options existent. Afin de déterminer le type de turbines à utiliser, nous vous proposons de consulter des sites spécialisés tels que www.turbiwatt.com sur lesquels vous pouvez bénéficier d’un accompagnement de qualité. Pour tous vos projets de production d’électricité par l’eau, vous devez principalement tenir compte de la hauteur de chute et du débit de l’eau.

Dans le cas d’espèce, une turbine à action comme celle de type Pelton semble être plus adaptée aux contraintes du site. En effet, une faible quantité d’eau est suffisante pour actionner les roues de cette turbine. Généralement, la turbine Pelton convient pour des centrales hydroélectriques situées dans des rivières où le débit d’eau oscille entre 20 et 1000 litres par seconde. Qu’il soit commandé par une ou deux roues, ce type de turbine hydroélectrique permet d’atteindre un rendement de près de 90 %. Il en est de même pour la turbine Crossflow, qui est une option à la fois économique et durable pour une centrale hydroélectrique en rivière.

hydroélectricité

L’impact des turbines électriques sur les écosystèmes des rivières à faible débit

Les turbines hydroélectriques contribuent à la production d’énergie verte. Plébiscitée par les acteurs de ce domaine, la production d’électricité par usage de l’eau n’est pas sans conséquences sur les écosystèmes des milieux concernés. En effet, l’hydroélectricité en général et l’installation de turbines en particulier, provoque la destruction de la biodiversité locale.

Généralement produite en masse, l’hydroélectricité limite considérablement le développement des espèces animales sur le site, la faune étant la plupart du temps rejetée à travers des canaux de fuite. C’est le cas des espèces comme les saumons ou les anguilles, qui n’ont plus accès aux zones de reproduction en raison des barrages érigés. Ajoutons également que les filières agricoles sont perturbées et parfois destinées à la disparition.